Utilisez le cerveau au maximum de son potentiel : Libérez votre cerveau ! de Idriss Aberkane

On entend dire souvent que nous n’utilisons que 10% de notre cerveau. C’est faux ! Il n’y a pas une partie du cerveau qui ne soit pas utilisée. Ce qui est vrai, par contre, c’est que nous n’utilisons qu’une petite partie de son potentiel.

Cela arrive de croiser des prodiges, des gens qui réalisent des exploits incroyables avec leur cerveaux : des calculs mathématiques à plusieurs centaines de chiffres de tête, mémoriser une série de plusieurs dizaines de photos, noms et dates de naissance en quelques minutes seulement.

Ce qui permet à ces personnes de réaliser des exploits hors norme ce n’est pas un cerveau extraordinaire, mais la capacité à exploiter tout son potentiel, la capacité à l’utiliser de manière optimale. Contrairement aux muscles, qui grossissent et se renforcent avec l’entraînement, le cerveau ne grossis pas. Il n’y a pas plus de neurones ni des synapses plus rapides dans un cerveau entraîné. Certains réalise des tâches mentales prodigieuses pas par ce qu’ils ont une quantité de cerveau supplémentaire, mais une capacité à l’utiliser de manière optimale. Ce qui change c’est son usage, ce sont des connexions différentes. Avec la pratique (plusieurs milliers d’heures tout de même !!), tout le monde pourrait atteindre ces performances.

Idriss Aberkane est un chercheur universitaire dans le domaine neuronal. Dans son livre « Libérez votre cerveau », il partage ses connaissances et ses convictions issues de la neuroergonomie, c’est à dire l’art de bien utiliser le cerveau humain.

Libérez votre cerveau de l’école et le système éducatif

Nous avons tendances à évaluer le niveau de notre intelligence (et même l’intelligence des autres), d’après les résultats scolaires. Mais l’école ne mesure qu’un certain type d’intelligence ; l’intelligence humaine est plus complexe et diversifiée que ce qui peut être mesuré avec des notes.

D’ailleurs, il n’est pas rare d’observer que beaucoup de monde qui a échoué à une multitude d’examens à l’école arrive à exceller dans la vraie vie par la suite, laissant loin derrière les premiers de la classe.

Issu de la révolution industrielle et du besoin de former des travailleurs disciplinés, le système scolaire actuel apprend aux élèves à rester sagement à leur place, à accepter le système tel qu’il est. Il décourage toute prise d’initiative en dehors des règles établies ; il apprend à ne pas questionner l’autorité, il encourage à chercher la bonne réponse à la question posée, et considère le travail en groupe comme tricher.

Dans la vraie vie, les choses sont très différentes : être autonome, questionner l’autorité, s’exprimer librement sont des attitudes essentielles. Travailler en groupe est indispensable pour obtenir des résultats significatifs ; cela s’appelle coopérer et non pas tricher. Et le plus important ce n’est pas de trouver une réponse correcte, il faut déjà avoir identifier quelle est la bonne question à se poser.

Les gens extraordinaires dans leur domaine ne travaillent jamais pour une note, pour un prix ou pour la reconnaissance de leurs pairs. Ils travaillent par désir et par passion ; ils persistent dans une pratique passionnée et prennent l’initiative d’explorer des nouveaux chemins. Ils deviennent autonomes dans leur soif d’apprentissage.

Léonard de Vinci affirmait que l’amour est la source de toute connaissance.

Un système infallible pour apprendre : le jeu

Selon le système scolaire actuel, si un étudiant n’arrive pas à apprendre, la responsabilité de l’échec est de l’étudiant lui-même. Peu importe si le système, qui est en réalité le vrai responsable de cet échec, ne fait rien pour transmettre aux élèves le désir et le plaisir d’apprendre.

L’élève n’est pas un vase qu’on rempli, mais un feu qu’on allume !

Depuis plusieurs millions d’année, la sélection naturelle a mis au point un excellent moyen d’apprendre, avec lequel tous les chiots des différentes espèces mammifères apprennent les enjeux essentiels à la survie : comment chasser, comment échapper à un prédateur, … des enjeux très sérieux, qui ont un pouvoir de vie et de mort.

Cette méthode infaillible est le jeu, qui détient de manière solide les quatre piliers fondamentaux de l’apprentissage: l’attention, l’engagement actif, le retour d’information, la consolidation.

Dans le monde technologique contemporaine, les jeux vidéo sont des redoutables technologies qui stimulent l’apprentissage : ils capturent et canalisent l’attention, ils suscitent une pratique délibérée, ils encouragent l’essai-erreur avec pénalité et récompense, ils consolident les compétences acquises en augmentant de plus en plus la difficulté.

Les notions de plaisir et de jeu sont souvent exclues du domaine de l’école puisqu’elles ne sont pas considérées comme suffisamment sérieuses.

Elles sont par contre très efficaces pour transmettre des connaissances. Elles encouragent une attitude positive vers l’apprentissage, elles encouragent la passion et la pratique délibérée, les deux caractéristiques des gens extraordinaires dans leur domaine.

7 exercices pour libérer votre cerveau

Voici 7 exercices suggérés par l’auteur pour libérer votre cerveau :

  1. Nettoyer le cerveau : nous savons qu’il est sain de nettoyer régulièrement notre corps, mais nous ne le faisons pas pour notre vie mentale. Une bonne hygiène mentale consiste à se nettoyer de la pollution nerveuse typique de grandes villes : le rythme stressant, les bruis incessants, les lumières invasives. Des pratiques qui nous permettent de rentrer en contact avec la conscience de notre vie mentale, comme la méditation par exemple, constitue des « douches mentales » efficaces pour nettoyer notre cerveau.
  2. Apprendre à désinstaller une application : tout au long de notre vie, et en particulier lors de notre enfance, nous téléchargeons et installons dans notre cerveau des « applications » de manière inconsciente. Cela est très influencé par nos figures d’autorité : nos parents, nos éducateurs, les institutions que nous fréquentons. Si nous nettoyons régulièrement notre cerveau, il sera possible d’identifier les logiciels dangereux et contreproductifs installés à notre insu dans notre cerveau. Une fois identifiés, il sera possible de les désinstaller.
  3. Passer de l’impuissance apprise à la puissance apprise: l’impuissance apprise est une des applications installées les plus dangereuses. C’est elle qui, face à un défi ou une opportunité, vous fait dire : « je ne peux pas », « je n’en suis pas capable », « je ne le mérite pas ». Elle est comparable à des chaînes mentales qui se renforcent peu à peu dans notre cerveau, jusqu’à qu’il apprend à ne plus bouger librement même quand les chênes ne sont plus là. La première fois que vous décidez d’en briser une, elle résistera de toutes ses forces. Mais persévérez, n’abandonnez pas : vous êtes beaucoup plus puissant que votre éducation vous le fait croire.
  4. Être un amateur délibéré : on ne persévère jamais autant que lorsqu’on aime ce que l’on fait. La meilleure façon de briser une chaîne de l’impuissance apprise, c’est l’amour, la passion, l’enthousiasme, qui encouragent la persévérance. Plus on apprend à désinstaller l’impuissance apprise, plus il sera simple d’installer dans votre cerveau des nouveaux programmes, des nouvelles disciplines qui vont enrichir davantage votre vie cérébrale.
  5. Pratiquer l’exploration, ou l’art de la flexibilité mentale: comme quand vous étirez vos muscles, apprendre des nouvelles choses vous amène naturellement à étirer votre vie mentale. Votre cerveau devient plus souple, plus adaptable, et donc capable d’adopter des nouvelles postures. L’intelligence, c’est la liberté : il faut apprendre à garder un bon équilibre entre l’exploration qui évite le risque de contraindre son espace mentale, et l’exploitation qui empêche de se laisser aller dans toutes les directions, sans jamais atteindre une destination.
  6. Spatialiser sa pensée. Utiliser régulièrement cette technique, jusqu’à en faire une seconde nature, enrichit grandement sa vie mentale. Il est possible de bâtir des palais intérieurs, et y installer ses idées, sa connaissance, mais aussi sa mémoire émotionnelle et d’association. Spatialiser sa pensée encourage également la puissance apprise : si vous bâtissez des musées de vos propres savoirs, vous confirmez continuellement à vous-même vos capacités et votre potentiel.
  7. Ignorer ses pairs !Regarder et écouter l’avis de se pairs nous pousse à atteindre leur niveau (mental, intellectuel ou spirituel). Les pairs peuvent avoir un effet positif (« Si moi j’ai réussi, pourquoi pas toi ? ») comme négatif (« Si moi j’ai échoué, pourquoi réussirais-tu, petit présomptueux ? »). Mais tant que vous pensez en fonction des autres, vous ne serez pas libre ; s’inquiéter constamment de ce que pensent les autres est le comportement de l’enfant. En devenant adulte, en cherchant sa propre liberté, on développe la capacité à penser par soi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrançais

Menu